Navigate to agrarlobby stoppen

Navigation

Titelbild des Artikel: Les conséquences de la surfertilisation

Les conséquences de la surfertilisation

À première vue, de nombreuses zones agricoles du Mittelland suisse ont l'air charmantes. Des prairies et pâturages verdoyants, de jolies fermes et des lacs idylliques. Mais si l'on y prête plus attention, on découvre rapidement un système déséquilibré qui détruit nos moyens de subsistance.

Après les Pays-Bas et le Danemark, la Suisse a le plus grand nombre d'animaux par hectare en Europe. Nous ne pouvons pas nourrir autant d'animaux avec des aliments suisses, c'est pourquoi la Suisse importe de grandes quantités d'aliments de l'étranger. Sans ces importations, on ne pourrait élever qu'environ 40 % des porcs et 17 % des volailles d'aujourd'hui. Le fait que la Suisse élève autant d'animaux constitue un problème majeur, car un si grand nombre d'animaux produit de grandes quantités de lisier. Lorsqu'il est répandu, il s'écoule dans les cours d'eau et s'échappe dans l'air, polluant tout l'environnement:

  • Dans les forêts, l'excès de nutriments entraîne une acidification du sol. En conséquence, les arbres s'enracinent plus superficiellement, deviennent instables et tombent plus rapidement lors des tempêtes.
  • Dans les lacs, la croissance des algues est accélérée. Lorsque ces algues meurent, elles privent l'eau du lac d'oxygène, ce qui rend impossible la reproduction des poissons. Dans le lac de Baldegg et d'autres lacs du Plateau central, la situation est si grave qu'il faut les oxygéner artificiellement pour que la vie soit encore possible au fond du lac.
  • Dans les eaux souterraines, le lisier peut entraîner des niveaux élevés de nitrates. Cela signifie que cette eau ne peut plus être utilisée comme eau potable. En effet, dans le corps humain le nitrate est transformé en nitrite, qui est cancérigène.
  • Les tourbières et les prairies souffrent également d'un apport excessif de nutriments. Les espèces sensibles disparaissent, laissant des écosystèmes appauvris et monotones dans lesquels seules quelques espèces de plantes dominent.

Pour protéger nos moyens de subsistance, une eau propre, des forêts robustes et une grande biodiversité, nous devons de toute urgence réduire les apports excessifs de nutriments. Concrètement, cela signifie qu'il faut garder moins d'animaux. Et donc, en conséquence, manger moins de produits animaux.